Le cinquième Forum mondial sur la Shoah à Jérusalem

  • 30 janvier 2020

Une quarantaine de chefs d’État et de gouvernement, dont les présidents de la France, de Macron, de l’Italie, de Mattarella et de la Russie, Poutine, se sont réunis aujourd’hui à Jérusalem le 23 janvier 2020 pour participer au cinquième Forum mondial de la Shoah, intitulé « Se souvenir de l’Holocauste: lutter contre l’antisémitisme », à l’occasion du 75e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, qui a eu lieu le 27 janvier 1945 par l’Armée rouge. Le prince de Galles, Charles, était également présent à Jérusalem.

Le Forum organisé par la Fondation du Forum mondial de l’Holocauste, en coopération avec le mémorial Yad Vashem de Jérusalem, est l’événement le plus important organisé en Israël après les funérailles de Yitzhak Rabin et Shimon Peres.

Cette initiative a pour objectif de promouvoir des politiques concrètes de lutte contre l’antisémitisme dans les différents États, tout en respectant la mémoire des millions de Juifs exterminés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Rijeka et Galway Capitales européennes de la culture 2020

  • 30 janvier 2020

L’initiative Capitales européennes de la culture, née en 1985, fête ses 35 ans en 2020.

À partir du 1er janvier 2020, le titre de Capitale européenne de la culture sera détenu pendant un an par Rijeka (Croatie) et Galway (Irlande).

L’initiative « Capitale européenne de la culture » est l’occasion de mettre en évidence la richesse et la diversité des cultures en Europe, de célébrer les caractéristiques culturelles partagées par tous les Européens, d’accroître le sentiment d’appartenance des citoyens européens à un espace culturel commun et promouvoir la contribution de la culture au développement des villes.

Les villes qui détiennent le titre de Capitale européenne de la culture ont la possibilité d’améliorer leur image, de devenir plus visibles, de promouvoir le tourisme durable et de repenser leur développement par la culture. Le titre a un impact durable, non seulement d’un point de vue culturel, mais aussi en termes sociaux et économiques.

Première édition du prix OSCE GEMS

  • 13 décembre 2018

Six jeunes entrepreneurs de pays méditerranéens ont été lauréats de la 1ère édition du Prix OSCE GEMS 2017 pour les jeunes « entrepreneurs verts ».

Les lauréats, hommes et femmes de moins de 35 ans, ont été sélectionnés parmi 240 candidatures, dont 30% présentées par des femmes entrepreneurs.

Le prix GEMS de l’OSCE a eu lieu à Vienne le 26 avril 2018. Lina Al-Kurdi (Jordanie), Leila Rima Boussada (Algérie), Othmane Benhlima (Maroc), Ati Nisaf (Tunisie), Yakir Tadmor (Israël) et Yara Yassin (Égypte) ont été récompensées pour leurs idées commerciales novatrices visant à obtenir un impact environnemental. poursuivant en même temps des objectifs sociaux. Chaque gagnant a reçu une subvention de 15 000 €.

Mesures incitatives pour les clusters en Europe

  • 30 avril 2017

The European Commission, in the framework of the European Small and Medium Enterprises Program (COSME), has published the Bando Cluster Go International with the aim of promoting the internationalization of business and business cluster clusters

All legal entities gathered in a consortium that represent a cluster or network of registered companies, or are about to register on the European Cluster Collaboration Platform (ECCP), may participate.
Applicant firms must be established in the EU Member States or in the countries that are part of the COSME (Art.6).

The initiative is divided into two phases. The first phase supports actions for setting up and setting up new European clusters of strategic clusters. The second phase supports the first implementation, testing and further development of new European clusters of strategic clusters.
The financial envelope is € 5.79 million, and a grant of 75% of the eligible expenditure is envisaged.

Applications must be submitted by 23 May 2017.

For more information, please visit the following notice:

https://ec.europa.eu/easme/en/cos-clusint-2016-03-01-cluster-go-internationalLa Commission européenne, dans le cadre du programme européen pour les petites et moyennes entreprises (COSME), a publié le Cluster Go appel d’offres international dans le but de promouvoir l’internationalisation des clusters industriels et réseaux d’entreprises.

Ouvert à toutes les entités juridiques ont constitué un consortium représentant un groupe ou d’un réseau de sociétés enregistrées, ou sur le point d’inscrire sur la plate-forme européenne pour la coopération du groupe (PECC).
Les entreprises candidates doivent être établies dans les États membres ou dans les pays qui font partie de COSME (article 6).

L’initiative se divise en deux phases. La première phase des actions de soutien pour la mise en place et l’établissement de nouveaux partenariats européens de pôle stratégique, la deuxième phase soutient la première mise en œuvre, les tests et développement de nouveaux partenariats européens de grappes stratégiques.
Le budget s’élève à 5,79 millions d’euros, et il est proposé d’accorder une contribution de 75% des coûts admissibles.

Les demandes doivent être soumises par le 23 mai 2017.

Pour plus d’informations, vous pouvez voir l’avis sur le site:

https://ec.europa.eu/easme/en/cos-clusint-2016-03-01-cluster-go-international

Initiative en faveur de l’économie Blue Med

  • 19 avril 2017

The European Commission on 19 April 2017 launched a new initiative for the development of Blue Economy in the Western Mediterranean region, which includes hubs such as Barcelona, ​​Marseille, Naples and Tunis. The initiative, explains a statement by the Commission, will increase maritime safety, promote the growth of Blue Economy and job creation, and preserve the ecosystem and biodiversity. Blue Economy is born from the classic concept of sustainable development, but goes further, developing towards four specific guidelines of sustainability: economic, social, environmental and cultural.

« The new regional initiative – explains EU Enlargement Commissioner and Neighborhood Policy, Johannes Hahn – recognizes and draws on the economic potential of the Mediterranean Sea and its coasts to further boost economic growth in order to help create Work and stabilize the region.  » It is also, Hahn explains, « of an important step towards closer coordination and cooperation between the participating countries. » As a result of years of dialogue between five EU countries on the north coast of the Mediterranean (Italy, France, Portugal, Spain, Malta) and five of the southern shores (Algeria, Libya, Mauritania, Morocco and Tunisia), Covers coastal guard activities, accident response and oil spill, environmental conservation, biotechnology, data sharing and tourism. Three stated objectives: a safer maritime space, an intelligent and durable blue economy, improved maritime governanceLa Commissione europea ha lanciato il 19 aprile 2017 una nuova iniziativa per lo sviluppo della Blue Economy nella regione del Mediterraneo occidentale, che comprende hub economici come Barcellona, Marsiglia, Napoli e Tunisi. L’iniziativa, spiega un comunicato della Commissione, permetterà di aumentare la sicurezza marittima, promuovere la crescita della Blue Economy e la creazione di posti di lavoro, oltre a preservare l’ecosistema e la biodiversità. La Blue Economy nasce dal classico concetto di sviluppo sostenibile, ma va oltre, sviluppandosi verso quattro specifiche direttrici di sostenibilità: economica, sociale, ambientale e culturale.

« La nuova iniziativa regionale – spiega il Commissario Ue per l’Allargamento e la Politica di vicinato, Johannes Hahn – riconosce e attinge dal potenziale economico del Mar Mediterraneo e delle sue coste per potenziare ulteriormente la crescita economica, per contribuire alla creazione di posti di lavoro e per stabilizzare la regione ». Si tratta anche, spiega Hahn, « di un importante passo verso una più stretta coordinazione e cooperazione tra i paesi che vi partecipano ». Frutto di anni di dialogo tra cinque paesi Ue della sponda nord del Mediterraneo (Italia, Francia, Portogallo, Spagna, Malta) e cinque della sponda sud (Algeria, Libia, Mauritania, Marocco, Tunisia), l’iniziativa prevede la cooperazione per quanto riguarda le attività di guardia costiera, nella risposta agli incidenti e la fuoriuscita di petrolio, la conservazione dell’ambiente, la biotecnologia, la condivisione dei dati e il turismo. Tre gli obiettivi dichiarati: uno spazio marittimo più sicuro, un’economia blu intelligente e durevole, il miglioramento della governance marittima.La Commission européenne a lancé le le 19 Avril 2017 une nouvelle initiative pour le développement de l’économie bleue dans la région méditerranéenne occidentale, qui comprend des pôles économiques comme Barcelone, Marseille, Naples et Tunis. L’initiative, a indiqué un communiqué de la Commission, renforcera la sécurité maritime, promouvoir la croissance de l’économie bleue et la création d’emplois, en plus de préserver l’écosystème et de la biodiversité. L’économie bleue est née du concept classique du développement durable, mais va plus loin, vers le développement de quatre lignes de durabilité spécifiques: économique, social, environnemental et culturel.

«La nouvelle initiative régionale – a déclaré le commissaire européen à l’élargissement et la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn – reconnaît et tire du potentiel économique de la mer Méditerranée et ses côtes pour améliorer encore la croissance économique, ce qui contribue à la création et travailler pour stabiliser la région ». Il est également, dit Hahn, « une étape importante vers une coordination plus étroite et la coopération entre les pays qui y participent.» Le résultat de cinq années de dialogue entre les partenaires de l’UE sur la rive nord de la Méditerranée (Italie, France, Portugal, Espagne, Malte) et cinq sud de la Méditerranée (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc, Tunisie), l’initiative prévoit une coopération en préoccupations garde-côtes, les opérations réponse aux incidents et déversements d’hydrocarbures, préservation de l’environnement, la biotechnologie, le partage des données et du tourisme. Trois objectifs: d’un espace maritime plus sûr, un bleu intelligent et durable, l’amélioration de la gouvernance maritime.